Comment Uber bouleverse notre société


Jean-Baptiste François
Mercredi 1 Juillet 2015

Si le groupe Uber reste l'un des leaders mondiaux du transport de passagers, il est aujourd'hui la cible de nombreuses critiques. Celui-ci, via son application pour Smartphones (500 000 utilisateurs en France) met en relation des particuliers avec des chauffeurs non professionnels. Dans un secteur en plein malaise, quels problèmes soulève le conflit entre les chauffeurs de taxis et Uber?



Un domaine en crise

Crédit: Wikipedia
Crédit: Wikipedia
Lors des derniers jours une grève générale des chauffeurs de taxis a éclaté partout en France. Ils reprochent à UberPOP d'exercer une concurrence déloyale. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur a demandé au préfet de Paris "de prendre ce jour un arrêté interdisant l'activité d'UberPOP" suite aux évènements de ces derniers jours puisque celui-ci opère dans l'illégalité ne respectant pas la loi Thévenoud (1). Celle-ci prévoit que les VTC (véhicule de transport avec chauffeur) ne puissent plus qu'effectuer des courses pour lesquelles une réservation a été effectuées au préalable et l'interdiction (comme c'est le cas actuellement) d'attendre des clients potentiels aux abords des aéroports ou des gares .

Ces événements révèlent un dysfonctionnement dans le secteur du transport de personnes et principalement des taxis. Ceux-ci sont contraints au respect de nombreuses règles comme l'obligation de détenir une licence. Or, il est très difficile d'en acquérir une puisqu'il faut attendre 18 ans en moyenne pour l'obtenir après demande auprès des mairies (ou préfecture de police pour Paris) . L'autre possibilité est d'en racheter une à un taxi s'en allant à la retraite mais cela reste très couteux (près de 250 000 mille euros)(2). Or les chauffeurs Uber ne sont pas contraints à la même réglementation alors qu'ils exercent une activité similaire.  De quoi susciter l’ire des chauffeurs de taxi.     
 

Vers une "Ubérisation" de la société"?

Mais au-delà de la polémique, les événements des derniers jours ont déclenché une vague de réactions sur les réseaux sociaux et ont vu l'apparition d'une nouvelle expression : "l'Ubérisation" (3). À travers ces réactions,  est dénoncé une précarisation. En effet les chauffeurs d’Uber sont sans ou avec très peu de protections. Le théoricien de l’économie Michel Bauwens, analyse « Uber ne relève pas de cette économie collaborative ou de partage. Il s’agit plutôt d’une mise sur le marché de ressources qui, jusque-là, n’étaient pas utilisées. La différence entre une production pair à pair et Uber, c’est le morcellement du travail, la mise en concurrence entre les travailleurs pour obtenir un service, sans qu’ils aient accès à ce service, ce bien commun, en l’occurrence l’algorithme contrôlé par la firme. ».(4)

Les exemples sont nombreux, aujourd'hui un grand nombre  de personnes survivent grâce à internet. Des sites comme eBay dont le principe est la mise en vente d'objets via des annonces ont vu apparaitre de nouveaux vendeurs se professionnalisant et faisant ainsi de cette activité leur seule source de revenus. Mais ces pratiques révèlent un retour en arrière dans le monde du travail puisque aucune protection n'est fournie au travailleur qui est considéré comme étant un particulier et non professionnel.
 

La révélation d'un changement de modèle économique ?

Si les taxis ne se sentent pas sur un pied d'égalité avec Uber et souhaitent son interdiction c'est que celui-ci bouscule leur monopole et pourrai dans la durée les faire disparaitre. Ce problème touche de nombreux secteurs d'activités. C'est actuellement le cas dans l'économie du livre où de nombreuses petites librairies sont contraintes de fermer, écrasées par le géant 2.0 américain Amazon.

L’avenir est donc pour le moins incertain. Et si l’uberisation était le symptôme d’une société en profonde crise, dont les fondamentaux vacillent à la moindre secousse ?


 (1) http://www.vie-publique.fr/actualite/panorama/texte-discussion/proposition-loi-relative-aux-taxis-aux-voitures-transport-avec-chauffeur.html
(2)http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/taxis-vs-uber-5-questions-pour-en-finir-avec-les-idees-recues-897680.html
(3)http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/06/26/de-quoi-l-uberisation-est-elle-le-nom_4662261_4355770.html
(4)http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2015/06/25/michel-bauwens-uber-et-airbnb-n-ont-rien-a-voir-avec-l-economie-de-partage_4661680_1656994.html
 




Dans la même rubrique :
< >

Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!

L’Eco-Industrie Locale : du concept à la mise en oeuvre opérationnelle