Éric Vallée, SET Environnement : "Notre responsabilité est sanitaire, environnementale et sociale"


La Rédaction
Jeudi 23 Juin 2016

Précurseur du désamiantage en France, la société SET Environnement œuvre depuis près de trente ans en acteur majeur de la dépollution. Poussée à l’innovation permanente dans un contexte réglementaire de plus en plus strict, SET Environnement s’est employé à développer en parallèle une ambitieuse politique RSE. Son président, Éric Vallée, revient pour nous sur la genèse et les implications d’une démarche riche de (bon) sens.



Vous définiriez-vous comme une entreprise du bâtiment ou comme une entreprise de « sécurité de l’environnement » ?

Nous sommes les deux à la fois. Nous intervenons presque exclusivement sur des projets immobiliers ou en maintenance de bâtiments. Néanmoins, notre métier s’articule autour de très forts enjeux environnementaux et de sécurité. Le respect de l’environnement et la sécurité des personnes est le contexte systématique dans lequel se déroulent toutes nos opérations.

Vous exercez un métier fondamentalement lié à la question de la gestion du risque. Comment cela s’est-il traduit en termes de pratiques ou de « culture d’entreprise » ?

C’est de la volonté de gestion du risque amiante qu’est né notre métier ; c’est donc inscrit dans notre ADN. La sécurité est le maître-mot sur chaque chantier. Chaque dossier de consultation est étudié en premier lieu sous l’angle de la sécurité : où se situe l’amiante ? Dans quel état est-il ? Quels sont les risques ? Même la visite de diagnostic donne lieu à une étude des risques et à la prise de mesures de protection adaptées. Le but de ce diagnostic est ensuite la définition d’un chantier conforme en tous points aux exigences réglementaires de sécurité, pour la protection des personnes et de l’environnement. Commercialement parlant, la sécurité fait partie des aspects techniques ne souffrant aucune discussion ou négociation. En phase d’exécution, la sécurité se traduit par l’application de procédures strictes et rigoureuses et des contrôles permanents. Notre culture d’entreprise, c’est la sécurité en tout temps et tous lieux.

Pourquoi une entreprise comme SET Environnement a-t-elle très tôt jugé indispensable de définir une politique RSE ?

La RSE s’impose comme une évidence à partir du moment où vous placez la sécurité des personnes et de l’environnement au rang de priorité numéro un. Dans une entreprise comme la nôtre, il y a eu « génération spontanée » de RSE, avant même que le terme ne se soit diffusé. Il a certes fallu, avec le temps, formaliser notre politique RSE, pour la rendre plus lisible. Mais, de par notre métier et nos pratiques de management, l’essentiel s’est mis en place naturellement. 

4. La RSE peut être vue comme une contrainte opérationnelle forte et un centre de coûts. A-t-elle nécessité des investissements significatifs chez SET Environnement ?

Notre politique RSE et la priorité absolue accordée à la sécurité et aux conditions de travail de nos opérateurs nous amènent à faire des choix, notamment en termes d’achats de matériels : le mieux-disant est rarement le moins-disant de ce point de vue. La qualité se paie. Pour autant, je ne vois pas la RSE comme un coût mais comme une opportunité, permettant d’instaurer des pratiques durables et renforcer les aspects qualitatifs du métier. Vis-à-vis de nos clients comme de nos fournisseurs, nous sommes dans une logique de conseil et de partenariats avant tout. Cela permet de construire une relation de confiance où notre capacité de conseil représente une véritable valeur ajoutée. L’ensemble a un impact fort, aussi bien en fidélisation de nos opérateurs qu’en fidélisation de nos clients et partenaires. 

Avez-vous rencontré des oppositions lors de la mise en œuvre de cette politique ?

Absolument aucune. La RSE représente pour nous une dénomination posée sur des pratiques inhérentes à notre activité depuis la création de l’entreprise. Désamianter suppose par essence de pratiquer une politique de responsabilité sociale.

Votre politique RSE a-t-elle impliqué une modification vos process ?

Notre politique RSE a pour principale conséquence la diffusion en interne d’un certain état d’esprit, attaché à la sécurité, au respect des procédures et à la volonté de faire avancer le métier vers toujours plus de qualité. Au-delà des process, notre politique RSE nous permet de traverser avec plus de facilité et de sérénité les problématiques que rencontre l’entreprise avec ses clients, ses fournisseurs ou un collaborateur. Notre politique RSE nous amène par exemple à faire beaucoup de pédagogie avec nos clients sur leurs obligations, les risques encourus, les solutions possibles… Nous ne proposons pas un produit ou une démarche standardisée : nous avons à cœur de délivrer avant tout un conseil de qualité et de nous inscrire dans un partenariat. C’est aussi cela que détermine notre politique RSE, au-delà du seul cadre formel de l’entreprise ou de la relation commerciale.

Comment cela se concrétise-t-il pour vos salariés, au-delà de la seule formation obligatoire ?

Notre société n’existe qu’à travers les compétences et la rigueur de ses collaborateurs, raison pour laquelle nous déterminons en effet un plan de formation complet dès l’embauche d’un nouveau salarié. Nous travaillons en parallèle sur les conditions de travail, les possibilités d’évolutions de carrière, les pistes d’amélioration de l’outil industriel… Chacun peut alors contribuer à la progression de l’entreprise. A cela s’ajoute une démarche de détection des talents, des mécanismes d’aides pour des salariés rencontrant des difficultés financières ponctuelles… Je dois pouvoir compter sur mes collaborateurs durant tout leur temps de présence sur un chantier ; il est normal qu’il puisse compter sur moi de la même façon au sein ou en dehors de l’entreprise.  

Constatez-vous une adhésion des salariés, particulièrement des « anciens », à cette politique RSE ?

Il s’agit de bien plus que d’une simple adhésion : nos collaborateurs les plus anciens ont participé à la conception et à la mise en œuvre du modèle d’entreprise que nous connaissons aujourd’hui. Ils sont à l’origine de notre définition du métier de désamianteur. De manière naturelle et progressive, chacun d’entre eux a aussi apporté avec le temps sa pierre à l’édifice de notre politique RSE actuelle. La construction de cet édifice se poursuit aujourd’hui de façon fluide, parce que nous pouvons sans cesse continuer d’optimiser nos process, notre capacité de conseil ou l’utilisation de nos matériels. 

Quel rôle les organismes d’état exercent-ils dans la diffusion des nouvelles normes et des bonnes pratiques ?

Notre démarche RSE est avant tout destinée à répondre à des problématiques qu’affrontent notre entreprise, nos collaborateurs et nos partenaires, clients et fournisseurs. L’Etat exerce une tutelle bienveillante sur nos activités, mais nos méthodes et notre culture d’entreprise ne sont pas forcément transposables à d’autres entreprises, y compris dans le même secteur d’activité. En raison de notre conception du métier et de notre approche qualitative, nous sommes par contre régulièrement sollicités par les autorités administratives ou le ministère du travail pour des tests, des remontées d’informations ou la participation à des études d’impact. Par l’intermédiaire des syndicats professionnels, nous participons également aux comités de réflexion sur les futures évolutions des métiers ou des réglementations, avec à chaque fois l’ambition et la ferme intention d’aller vers toujours plus de sécurité et de qualité. 

 




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Décembre 2016 - 15:06 Bienfaits et écueils de l’accompagnement


Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!