Être nucléaire : une question de point de vue ?


Vendredi 5 Avril 2013

Professeure d'Histoire des techniques à l'Université di Michigan, Gabrielle Hecht n'en est pas à son premier ouvrage sur le thème de l'énergie nucléaire. On peut même considérer qu'il s'agit de sa spécialité. Après un premier ouvrage sur le nucléaire français, l'auteure s'est employée à remonter la filière de l'atome, prenant pour sujet dans un second ouvrage la question de l'uranium africain. Being Nuclear – Africans and the Global Uranium Trade (1) propose ainsi la description méticuleuse d'un commerce peut commenté par ailleurs.



Être nucléaire : une question de point de vue ?
Being Nuclear constitue une nouvelle étape dans la construction d'un concept cher à Gabrielle Hecht. L'auteure y approfondit en effet l'étude d'une technologie à travers le prisme de l'analyse politique et sociale ; elle y aborde le nucléaire comme un fait « technopolitique ». À travers le prisme du technopolitique, Gabrielle Hecht met en évidence que plus d'une organisation et plus d'un pays peuvent être considérés comme nucléaires. Les États disposant de l'arme atomique ne sont ainsi plus les seuls à pouvoir être désignés comme tels.
 
En l'occurrence, des pays producteurs d'uranium comme l'Afrique du Sud, la Namibie, le Niger ou le Gabon peuvent être désignés comme des pays nucléaires au sens technopolitique puisqu'ils sont des maillons importants de la filière de l'atome. À partir des années 1960 notamment, ces pays deviennent des acteurs importants du marché de l'uranium, ce qui a pour effet de créer certaines tensions politiques, économiques et scientifiques à l'intérieur de ces pays. En exploitant des données historiques, Gabrielle Hecht montre notamment en quoi ces tensions contribuent à faire bouger les lignes de la « nucléarité » de l'uranium. Pour mieux vendre ou mieux acheter, les États, les firmes, les organisations n'hésitent pas à influencer directement l'idée de dangerosité associée à ce produit sensible.
 
L'auteur s'intéresse également à la question de la santé à travers le cas des mineurs et de leur exposition au gaz radioactif qu'est le radon. Une fois de plus, le travail de Gabrielle Hecht s'intéresse aux dynamiques sémantiques et illustre la façon dont le poids des enjeux économiques, sociaux et scientifiques a influencé la manière de décrire les dangers de la vie des mineurs. D'un pays à une autre, les critères de contrôle, les normes d'exposition ont ainsi fait l'objet de manipulation, toujours en vue de faire évoluer la notion de nucléarité.
 
Gabrielle Hecht ne néglige pas de présenter les forces d'opposition, notamment incarnées par des mineurs et des syndicats, qui ont lutté pour faire admettre et reconnaître les risques de leurs métiers. Mais au-delà de ce travail descriptif, la véritable plus value de Being Nuclear est véritablement de savoir montrer que la notion de dangerosité, ou « nucléarité, de l'uranium change dans le temps et dans l'espace. Un processus qui n'a rien d'anodin et qui détermine notamment la perméabilité d'une société à une technique, à ses atouts, mais aussi à ses risques.
 


(1) HECHT, G., Being Nuclear – Africans and the Global Uranium Trade, MIT Press, 2012, 480 pp..




Dans la même rubrique :
< >

Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!

L’Eco-Industrie Locale : du concept à la mise en oeuvre opérationnelle