Jacques Rancière : de la dynamique de l'art et de celle de la politique


Vendredi 22 Mars 2013

Jacques Rancière, philosophe du politique et professeur émérite à l'Université Paris VII, a toujours ponctué son travail de recherche par de sérieux questionnements artistiques. Après Mallarmé, la politique de la sirène, La Chair des mots – Politique de l'écriture, et plus récemment Les Écarts du cinéma, l'auteur a produit en 2011 un nouveau chapitre de ses observations sur ce sujet. Intitulé Aisthesis(1), cet ouvrage pose la question de l'influence réciproque de l'art sur le politique.



Jacques Rancière : de la dynamique de l'art et de celle de la politique
Rancière aborde l'art comme un partage des sensibilités. Avec cette considération simple, on comprend très facilement en quoi toute forme artistique présente une composante politique : l'art véhicule, de façon active ou résiduelle, nécessairement un message. L'esthétisme fait d'ailleurs plus que cela puisque, comme le montre l'auteur, il contribue aux reconfigurations des rapports de forces politiques.
 
Jacques Rancière explique ce phénomène. L'auteur montre ainsi que les frontières de l'artistique sont mouvantes. Les arts classiques que sont la danse, la musique ou encore le théâtre ont dans un premier temps été étroitement compris au sein de certaines limites. Ce n'est qu'avec le temps que la comédie, longtemps jugée vulgaire, obtint ses lettres de noblesse au même titre que la tragédie, et que la peinture de genre fit reconnaître son intérêt, malgré sa déconsidération au profit de la peinture historique.
 
Mais si les frontières de l'art évoluent avec le temps, explique Jacques Rancière, c'est parce qu'évoluent aussi les codes et les manières d'identifier la production. Ceux-ci sont la résultante de trois paramètres, l'éthique, la représentativité, et l'esthétique, dont l'équilibre varie en fonction du contexte. Selon l'auteur, la production artistique peut faire reconnaître son statut si elle remplit un rôle civique et véhicule des idées (éthique), si sa dimension artistique est attestée par une figure d'autorité (représentativité), et si elle constitue une forme d'expérimentation esthétique.
 
Les trois paramètres retenus par Jacques Rancière sont sujets à des changements considérables. L'art se renouvelle ainsi en intégrant des choses qui lui étaient étrangères auparavant. Il existe donc une infinité de cas historique où le vulgaire passe dans le domaine de l'artistique. Ce faisant, explique l'auteur, l'art contribue aussi à faire évoluer les frontières politiques, en accordant une importance nouvelle à des sujets jusqu'alors plus ou moins ignorés. Pour autant, l'art ne se résume pas à sa dimension politique, car, comme l'indique Jacques Ranscière, toute production artistique dont le seul objet serait d'exprimer directement l'opinion d'une communauté se fourvoierait dans un parti-pris stérilisant.
 
Avec Aisthesis, Jacques Rancière opère un efficace rapprochement entre la dynamique artistique et la dynamique politique. Mettant en lumière leurs interconnexions ainsi que leurs éloignements, il parvient à isoler une des tendances de fond qui animent nos sociétés et les font évoluer. L'ouvrage de Jacques Rancière dresse ainsi un remarquable pont entre l'étude de l'histoire de l'art et la philosophie politique. Il offre par là même aux lecteurs une opportunité d'autant plus originale et accessible d'aborder ces deux sujets.


(1) RANCIERE, J., Aisthesis – Scènes du régime esthétique de l'art, éditions Galilée, Col. La Philosophie en effet, 2011, 315 pp..




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Décembre 2016 - 15:06 Bienfaits et écueils de l’accompagnement


Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!