Jean-Pierre Dupuy appelle à la désacralisation de l'économie


Vendredi 13 Juillet 2012

Diplômé de l'École Polytechnique, Jean-Pierre Dupuy est aujourd'hui professeur au sein de l'illustre Université californienne de Stanford. Spécialiste du langage, l'ouvrage philosophique de Jean-Pierre Dupuy s'articule autour d'un thème largement mis en avant dans son ouvrage de 2009 : le sacré. Avec L'Avenir de l'Économie(1), l'auteur applique ses talents personnels d'analyste à une figure atypique du panthéon de l'Homme moderne : l'économie.



Jean-Pierre Dupuy appelle à la désacralisation de l'économie
Le dernier ouvrage de Jean-Pierre Dupuy est sous-titré Sortir de l'économification. Pour l'auteur, c'est là loin de n'être qu'une formule. Son postulat est en effet que « [l']on doit rattacher l'économie à la religion si l'on veut en comprendre le sens ». L'économie serait donc l'objet sacré de l'homme moderne.
 
Plus exactement pour Jean-Pierre Dupuy, l'économie fait concurrence à la religion. Dans un contexte où « la désacralisation du monde […] caractérise la modernité », l'économie s'impose comme un substitut puissant, capable tantôt de ritualiser la violence des hommes, tantôt en la régulant, tantôt en la libérant. L'économie s'est donc substituée au cadre moral et pratique rendant possible la vie en communauté de l'homme contemporain.
 
Au cours de son développement, l'auteur présente également un deuxième phénomène qui renforce la thèse d'une sacralisation de l'économie. Cette dernière contamine en effet la sphère politique de façon significative à travers un procédé qualifié par l'auteur d'économystification. L'assimilation du responsable politique au gestionnaire constitue ainsi un glissement sémantique symptomatique.
 
C'est finalement là que réside le message critique que formule Jean-Pierre Dupuy dans L'avenir de l'économie : l'auteur regrette en effet que « l'économie [soit] en train de perdre aujourd'hui sa capacité de produire des règles qui la limitent ». Elle est selon lui devenue un objet de vénération dépourvu de fonction, entretenant sa propre errance en phagocytant la sphère politique d'où émanent en principe les grandes orientations de son utilisation.
 
 
Pour Jean-Pierre Dupuy, L'avenir de l'économie, sortir de l'économystification constitue une démonstration et une analyse personnelle de la place croissante qu'occupent les dernières années dans la société contemporaine. L'échec du tout économique illustré, selon l'auteur, par les crises récentes et les carences politiques sont la traduction de la paralysie des instances de décision : celles-ci se sont vues dépouillées de leur esprit d'initiative, de leur volonté, de leur capacité à véhiculer un message providentiel incarnant la volonté de la communauté. Jean Pierre Dupuy appelle indéniablement à un réveil du politique. Pour l'auteur, ce phénomène ne peut intervenir qu'en conséquence d'un « catastrophisme éclairé », concept cher à l'œuvre de l'auteur. Mais ce sursaut, cette prise de conscience collective et rétroactive des errements de l'économie demeurent un travail quotidien, dont l'accomplissement n'est en rien garanti.


 (1)DUPUY, J.P., L'Avenir de l'économie, sortir de l'économification, (2012), Flammarion, Essais, 291 pp..




Les livre(s) du mois

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!

L’Eco-Industrie Locale : du concept à la mise en oeuvre opérationnelle