Le backstage de la notation financière


Vendredi 15 Mars 2013

Les Dessous du Triple A(1) passerait presque pour un roman d'espionnage tant est grande la discrétion des experts de la notation financière. Fruit de la collaboration de Samuel Didier, pseudonyme utilisé pour l'occasion par un cadre dirigeant employé par une agence de notation, et Nicolas Weill, responsable des pages « Idées » du journal Le Monde, cet ouvrage présente un témoignage critique et analytique de l'univers des agences de notation.



Le backstage de la notation financière
Dans la crise économique actuelle, les agences de notation apparaissent fréquemment comme les responsables des catastrophes boursières qui ont secoué l'économie mondiale depuis le début des années 2000. Certaines de ces agences se sont même vues condamnées par les autorités américaines au motif qu'elles se seraient acquittées de leur travail de notation de façon peu scrupuleuse. Les Fitch et autres Standard & Poor's de ce monde sont-ils donc véritablement les agents crisogènes que l'on présente parfois volontiers ?
 
Leur responsabilité dans les perturbations économiques qui ont marqué la première décennie des années 2000 est indéniable d'après Samuel Didier. Selon l'auteur qui se présente comme quelqu'un du milieu, l'activité de notation financière s'est en effet bien facilement laissé berné par la petite révolution qu'a constitué l'arrivéedes nouvelles technologies sur les marchés financiers, au tournant des années 2000.
 
Bercées par l'utopie de la bourse mondiale et des transactions instantanée, les agences ont crû bien trop rapidement à l'avènement du marché efficient. Au début, l'essor de la finance a été bénéfique. Il a certes permis la titrisation de certains risques dans des proportions maîtrisables et intelligibles, lissant de ce fait les courbes de progression des marchés et protégeant mieux les investisseurs contre ces aléas les plus occasionnels. Bien vite toutefois, cette logique de couverture du risque empruntée au métier de l'assurance a été appliquée au crédit hypothécaire américain, et a créé l'appel d'air qu'on connaît en faveur des défauts de paiement en chaîne.
 
Le rôle des agences dans ce scénario a été initialement positif. Toutefois, expliquent les auteurs, elles n'ont pas su déceler l'émergence de produit, à l'image des subprimes, conçus pour cadrer avec les grilles d'évaluation des agences de notations. La faute revient donc ici tant aux acteurs financiers qui ont berné le système, qu'aux agences de notation qui ont ainsi confessé leur incompétence. Cela n'est pas sans soulever la question de la légitimité de ces agences qui, bien qu'indépendantes, ne font toutefois l'objet d'aucune forme de contrôle préventif.
 
Convaincus de l'utilité et de la nécessité du travail des agences mais pas candides pour autant, les auteurs du livre présentent ainsi des solutions concrètes pour garantir la viabilité des jugements de ces institutions. Les questions de compétence et de ressources humaines sont donc ainsi abordées, ainsi que celles liées à la structure de marché et à la législation. L'intérêt du concours des pouvoirs publics dans le cadre d'un contrôle méthodologique est aussi étudié. En somme, Les Dessous du Triple A constitue un essai critique, technique, mais accessible au sujet du monde tant débattu et pourtant souvent si discret de la notation financière. Se présentant sous la forme d'un témoignage, sa valeur n'en est que plus singulière.
 


(1) DIDIER, S., WEILL, N., Les Dessous du Triple A – Agence de notation : récit de l'intérieur, Omniscience, Col. La Manufacture des idées, 2012, 188 pp..




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Août 2017 - 18:04 Interconstruction, créateur de valeur urbaine


Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!