Le réseau Cerise au service des pratiques en microfinance


La Rédaction
Mercredi 25 Avril 2012

Le Comité d’Échange, de Réflexion et d’Information sur les Systèmes d’Épargne-crédit ou CERISE regroupe les acteurs majeurs de la micro finance (IMF, associations professionnelles, chercheurs, bailleurs et investisseurs) pour une réflexion sur les pratiques dans le domaine. Les échanges d’expériences constituent généralement le point de départ de ces réflexions.



Le réseau Cerise au service des pratiques en microfinance

Portrait de Cerise


CERISE fédère l’expérience pratique de ses membres et partenaires pour garantir une réflexion cohérente et pertinente.  L’objectif est de créer des outils opérationnels capables d’améliorer les pratiques en microfinance, pour permettre aux Instituts de microfinance (IMF) d’exercer des activités durables, mobilisant efficacement les ressources financières à leur disposition. CERISE se veut un analyste de la sphère microfinance, tout autant qu’un organisme qui dispense de l’information aux acteurs du secteur. Et pour être crédible, le réseau CERISE, s’est entouré de spécialistes : le CIDR, le GRET, l’IRAM, le CIRAD et l’IRC. Il est en outre associé au Master européen en microfinance, à la SPTF, l’E.-MFP, et à l’organisme ProsperA. Les réflexions s’articulent autour des problématiques de gouvernance, de financement des secteurs ruraux et agricoles, ainsi qu’autour des résultats en termes sociaux, et sur les moyens d’action à mettre en œuvre. À la clé de ces réflexions, de nouveaux outils de travail sont créés. 
 

Les performances sociales de la microfinance
 

Il est primordial de réduire les offres en matière de microfinance pour éviter que les bénéficiaires ne se perdent dans un dédale d’organismes et de produits. En outre, les échecs passés ne doivent plus être réédités. Ainsi, Cerise se penche sur la façon dont le secteur de la microfinance intervient sur les marchés, mais oriente également ses réflexions vers le fonctionnement des ONG, en croisant les opinions de ses membres. L’objectif est d’instaurer des pratiques mutuellement enrichissantes, et d’uniformiser les concepts d’opération, afin que seules les bonnes pratiques demeurent. Le réseau CERISE sollicite régulièrement l’ensemble des ONG françaises qui ont recours aux organismes de microfinance, pour réfléchir sur leur fonctionnement. CERISE a  d’ailleurs participé à la création de la plateforme de microfinance européenne et ses membres interviennent essentiellement dans les pays du sud. Concernant les réflexions sur l’impact et les performances sociales, le comité a élaboré des outils pour auditer les performances sociales (SPI)  et les Investissements socialement responsables. 


La finance rurale et agricole et la gouvernance
 

En partenariat avec la fondation FARM et en se basant sur les travaux menés par l’IRC au Niger, CERISE élabore un guide opérationnel pour soutenir la création d’alliances entre organisations de producteurs agricoles et ruraux et les institutions financières. L’enjeu est énorme, car un partenariat renforcé entre ces deux entités permet d’accroitre l’offre de financement rural destinée aux petits producteurs. Le comité s’engage par ailleurs à promouvoir un nouveau financement rural au service de la « value chain ». Concrètement, il incite les IMF à financer chaque maillon de l’activité agricole : production, transformation et commercialisation. Et pour développer de réels débouchés, le secteur privé est fortement sollicité lors des concertations. Pour ce qui est de la gouvernance en microfinance, un guide opérationnel présenté comme un outil d’analyse de gouvernance a été conçu, à l’usage des IMF et des structures qui leur viennent en appui.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Août 2017 - 18:04 Interconstruction, créateur de valeur urbaine


Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!