Tourisme industriel : une nouvelle opportunité promotionnelle ?


Lundi 18 Novembre 2013

Le secteur touristique est en passe de réussir l'une de ses plus belles diversifications. Avec le succès grandissant du tourisme de découverte économique - ou tourisme industriel - les voyageurs sont comblés et les entreprises n’y perdent pas au change. C'est même un concept qui permet à celles-ci de bénéficier d'une nouvelle opportunité promotionnelle. Décryptage.



Les salons professionnels, comme le Bourget ici, ont été les premières formes de "tourisme industriel"
Les salons professionnels, comme le Bourget ici, ont été les premières formes de "tourisme industriel"
Le tourisme industriel, un phénomène en vogue

Visiter le site d'Airbus à Toulouse, découvrir l'envers du décor du viaduc de Millau ou se laisser tenter par l'exploration des secrets de fabrication de la confiserie des Hautes-Vosges : le tourisme de découverte économique est un concept qui prend son envol. Généralement, la plupart des habitués désignent ce phénomène comme le tourisme industriel. Mais, certains spécialistes ne préfèrent pas s'en tenir à cette expression, plutôt réductrice selon leur opinion, car des secteurs comme l'agriculture, l'artisanat ou encore les laboratoires, entre autres, font également parties intégrantes du concept.

Alors, peu importe, finalement, qu'il s'agisse de tourisme industriel ou de tourisme de découverte économique, le phénomène découle en réalité du tourisme d'apprentissage, dont la base repose sur une combinaison réussie mêlant découverte, éducation, expérience et interaction. Au-delà d'une simple visite de reconnaissance, les touristes sont ici habituellement conviés à s'imprégner des étapes essentielles d'un processus de fabrication et à découvrir les mystères et la complexité d'un métier passionnant.

Un concept qui touche de nombreux secteurs

Le tourisme industriel est en plein essor, et aux quatre coins de l'Hexagone, les usines, les fabriques artisanales et autres ateliers ouvrent leurs portes au grand public. L'Adeve, l'Agence de développement de la visite d'entreprise, fait un constat positif quant à l'évolution de cette nouvelle tendance. Selon les chiffres annoncés par l'organisation, il existe aujourd'hui plus de 5 000 entreprises - moins de 2 500 en 2002 - qui ont adopté le concept, planifiant régulièrement des visites ponctuelles ou à l'année. Six secteurs d'activité sont concernés par le phénomène, à savoir l'artisanat, l'agroalimentaire, le secteur des services, l'industrie, les laboratoires de recherche ainsi que les filières de la presse, de la santé, du bâtiment ou de l'agriculture.

Grâce à la réalisation d'une enquête, il a même été possible de dresser une répartition des sites les plus visités selon leur corps de métiers. Aussi, en 2012, ce sont les groupes exerçant dans la filière alimentaire qui ont été les plus prisés par les touristes : 35 % des visites ont été enregistrées au sein d'usines agroalimentaires. Suivent de près les enseignes artisanales ainsi que les professions de l'agriculture et de la pêche. Enfin, les firmes technologiques ont également connu leur part de touristes, car près de 10 % des touristes y ont eu accès. 93 % des visites ont été effectuées au sein de PME ou de TPE. Par ailleurs, l'étude a également permis de remarquer que ce sont les zones géographiques concentrant un maximum de sites industriels qui ont reçu l'engouement des touristes : Provence-Alpes-Côtes d'Azur, Alsace, Bretagne, Normandie et Pays de la Loire.

Des avantages indéniables pour les entreprises

Si le tourisme industriel est enrichissant pour le grand public, il l'est davantage pour les entreprises. Évidemment, il convient tout d'abord pour chaque enseigne d'agencer leurs sites selon des normes adéquates, à même de recevoir les touristes en toute sécurité et selon des règles élémentaires d'hygiène. Il est alors question d'investissement, donc d'un budget supplémentaire pour l'entreprise. Mis à part cet aménagement préalable, diverses démarches doivent également être réalisées par l'enseigne, telle que l'organisation minutieuse de la visite, la sélection, la formation et la rémunération des guides ou encore la mise en place d'une logistique consistante. Pour toute entreprise, ouvrir ses portes au tourisme industriel repose donc sur une question de temps et d'argent, mais c'est une charge auxiliaire qui vaut tout de même son pesant d'or.

Car, pour l'enseigne, les avantages du tourisme industriel sont nombreux, du point de vue financier et surtout en matière promotionnelle. Lorsqu'il s'agit de visites payantes, elle dispose d'une forme supplémentaire de ressources pour augmenter ses revenus. Généralement, les touristes prennent même le temps de faire des emplettes au terme d'un circuit, ce qui suppose l'encaissement d'une recette encore plus importante. Mais c'est surtout l'opportunité promotionnelle qui est le principal bénéfice des entreprises concernées par le tourisme industriel. Satisfaits, enthousiastes et conquis, les touristes se transforment tout simplement en ambassadeurs de l'enseigne grâce au bouche-à-oreille, par exemple. Chaque visite est en effet l’occasion pour l'entreprise d’accroître son image de marque, sa notoriété et son capital-sympathie dans le cœur des touristes. Le marketing expérientiel est au centre de la démarche, avec des processus qui consistent à la dégustation et à l'exposition du savoir-faire. Avec 10 millions de touristes en 2012, français comme étrangers, le concept est en plein boom et les entreprises disposent d'une nouvelle opportunité promotionnelle assurée.




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Décembre 2016 - 15:06 Bienfaits et écueils de l’accompagnement


Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!