Un label international pour les métiers de la finance


La Rédaction
Mercredi 25 Avril 2012

Dans le secteur de la finance où la complexité des produits exige une expertise incontestable, faire partie de l’élite est la norme. Le CFA est reconnu comme la référence mondiale des diplômes financiers. Le succès planétaire de cette certification prestigieuse et élitiste est incontestable.



Un label international pour les métiers de la finance
Un sésame reconnu

Fondé en 1947, le CFA Institute, Chartered Financial Analyst, est lui-même un organisme professionnel au renom planétaire dans les métiers de la finance. D’origine américaine, il est implanté dans plus de 70 pays, dont la France. C’est un organisme professionnel dont l’activité ne se limite pas à la formation. C’est toutefois son CFA, certificat d’analyse financière, qui lui donne son véritable prestige. Le CFA est un diplôme délivré par le CFA Institute après la réussite à l’examen annuel. Simplement cet examen intéresse à peu près tous les étudiants en finance de la planète, à la recherche d’un diplôme leur garantissant à coup sûr un premier emploi de choix. Quand les banques paient 20 000 euros ou plus certains diplômés au sortir de leurs écoles, on comprend l’intérêt de figurer parmi les meilleurs.

Ne prendre que les meilleurs

Le CFA est de ce point de vue un sésame parfait. L’examen est particulièrement difficile et nécessite de suivre une formation spécifique pour avoir des chances de réussir. Cette formation à l’examen est d’autant plus difficile et sélective, que le CFA comporte non pas un, mais trois niveaux, et bien entendu, l’obtention des trois niveaux est particulièrement appréciée des recruteurs. Mais alors que le système français des « prépas » aux concours n’est que franco-français, le CFA se prépare à peu près partout dans le monde. Très sélectif, l’Institut ne signe de partenariats avec les établissements de formation du monde entier qu’avec parcimonie. Ainsi en France, l’université Paris Dauphine propose une formation à l’examen du CFA. Quant à l’examen lui-même, en raison de son succès planétaire, il se déroule dans 70 pays. 1000 dollars de droit d’inscription sont nécessaires pour pouvoir passer ce QCM de prestige de la finance mondiale.

Un label indispensable ?

Le prestige du CFA n’est pas contestable et sa difficulté lui donne sa valeur planétaire. D’autre part, aucun autre diplôme ne peut rivaliser sur le terrain de l’international dans un secteur où en effet le champ d’action est la planète. Toutefois, les étudiants brillants n’ayant pas le CFA ne voient pas pour autant leur carrière brisée ni même ralentie. En effet les exigences d’excellence des métiers de la finance contraignent de suivre des formations d’excellence : grandes écoles ou écoles d’ingénieurs en France. Ces formations d’excellence qui en France comme en Italie ont lieu depuis longtemps… en anglais et rassemblent des étudiants venus de tous les pays. Le prestige du label CFA en fait le must des diplômes de la finance, mais d’autres organismes dispensent également des formations de prestige. En finance un diplôme n’a de valeur que s’il est reconnu internationalement.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Avril 2012 - 18:14 Les atouts de la banque en ligne pour les PME


Les livre(s) du mois

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!

L’Eco-Industrie Locale : du concept à la mise en oeuvre opérationnelle