Facebook ou la nouvelle plateforme média


Noémie Monti
Jeudi 29 Octobre 2015

Depuis mai dernier, Facebook est désormais hébergeur d’articles de presse. En signant un partenariat historique avec plusieurs grands noms de la presse comme National Geographic, The Atlantic, New York Times, NBC News et BuzzFeed, Spiegel, BBC News, The Guardian ou encore Bill, le premier réseau social du monde devient ainsi une « plateforme média à part entière ». (1) Une alternative à Google d’une part, qui jusqu’ici faisait « la pluie et le beau temps dans le secteur » (2), mais aussi un moyen de répondre à la demande d’instantanéité toujours plus prononcée des lecteurs. Retour sur les enjeux et les significations d’un tel évènement.



Instant Articles : pour plus d’instantanéité et d’interactivité.

Crédit: Pixabay
Crédit: Pixabay
« Ca y est ! Facebook devient hébergeur d’articles de presse ». (2) L’heure n’est plus aux seuls titres alléchants ou aux liens d’articles redirigeant l’internaute vers les sites éditeurs. Il est dès lors possible pour les utilisateurs d’accéder à l’ensemble des articles directement depuis la plateforme. Une expérimentation baptisée Instant Articles est née de la volonté partagée des médias afin d’améliorer l’expérience utilisateur.

La révolution numérique a profondément bouleversé l’environnement de la communication et de l’information. Les médias font face à la digitalisation des contenus mais aussi à un utilisateur qui, croulant sous un flot continu d’informations, ne semble plus prendre le temps de lire. Dès lors, le contenu doit venir au lecteur. Ce sont de vrais changements structurels que les médias traditionnels n’ont d’autre choix que d’embrasser. Alors que les usages semblent régis par la loi de la rapidité et de l’instantanéité, ces derniers se lancent dans l’aventure avec pour objectif d’attirer une nouvelle audience : celle de l’internaute ultra-connecté souvent peu adepte de la lecture en ligne…

Et un clic suffit désormais à l’internaute pour accéder instantanément à un contenu complet depuis Facebook. Aussi, Instant Articles, comme son nom l’indique, c’est un article complet chargé  dix fois plus rapidement par rapport à une redirection automatique  sur le site éditeur. C'est aussi une réponse à la volonté contemporaine d’interactivité et d’accessibilité des contenus au plus grand nombre. Un moyen également pour les médias traditionnels de rester dans l’air de temps et de s’adapter à la nature toujours plus fluctuante du média Internet.

Instant Articles apparait comme le point de basculement d’un Facebook conversationnel à informationnel. Quels sont donc les enjeux de cette initiative, dès lors passée de l’ambition à la réalité ?

Une initiative donnant-donnant ?

Crédit: Wikipedia
Crédit: Wikipedia
« Pour Facebook comme pour d’autres réseaux sociaux, l’enjeu est de conserver les utilisateurs sur sa plateforme plutôt que de les voir partir afin de pouvoir monétiser l’audience directement ou indirectement (via les données recueillies sur les articles lus, les portions aimées, les partages…). » (3) Ces publications de qualité permettront à Facebook «  d’attirer et retenir un nouveau lectorat, et de fidéliser celui déjà présent. » (1)

Côté éditeurs, ce partenariat représente un véritable moyen de dynamiser leur visibilité puisque les articles publiés peuvent potentiellement être lus par les 1.4 milliard d’utilisateurs de la plateforme. Facebook étant devenu la première porte d’accès à l’information, il semble essentiel pour tout média qui se veut être au cœur du flux d’actualité d’alimenter sa présence sur le réseau. En allant ainsi au devant du lecteur que les médias traditionnels peuvent utiliser à leur profit les vertus d’interactivité inhérentes à la nature des réseaux sociaux. C’est cette présence qui leur permettra d’optimiser leur trafic puisque les réseaux sociaux représentent une part toujours plus importante du trafic média global. Ainsi, pour ces sites de presse, « publier directement sur Facebook c’est la possibilité de démocratiser son titre à moindres frais, générer plus de trafic sur son contenu et tirer son épingle du jeu quand certains médias devaient jusqu’ici rivaliser d’inventivité pour attirer le chaland avec des titres accrocheurs ». (1)

Cependant, cette recherche de visibilité risque t’elle de se faire au détriment de leur liberté ? Ce partenariat entraine t-il finalement une perte de contrôle des éditeurs sur leurs propres contenus ? Maintenant que Facebook semble être devenu un véritable vecteur d’actualité, on peut se demander quels sont les risques potentiels qu’encourent les médias éditeurs en s’alliant à la plateforme...

Alliance ou rapport de force ?

Crédit: Pixabay
Crédit: Pixabay
Une crainte latente demeure du côté des médias : celle de perdre leur souveraineté. La peur d’une dépendance exacerbée à Facebook se dessine et soulève des interrogations… Cette diffusion directe d’articles sur le réseau social ne risque t-elle pas de diminuer la valeur informationnelle du contenu et de décrédibiliser son éditeur ?

Ainsi, Instant Articles ne représenterait pas seulement des avantages… Si cette initiative augmente de fait le trafic, celle-ci n’est pas synonyme d’une augmentation de revenus pour les médias. En effet, lorsque l’internaute était redirigé sur le site éditeur, le média en question profitait des recettes générées par la native publicité que cela engendrait. L’expérimentation Instant Articles entrainerait-elle dès lors une perte d’argent pour les éditeurs ?

Chris Cox, chef produit de Facebook déclare qu’« Instant articles » leur (les médias) permet de publier rapidement des articles interactifs tout en conservant le contrôle de leur contenu et de leur business modèle ». (1) La plateforme se veut en effet rassurante sur l’ensemble de ces problématiques et présente ce partenariat pensé et adapté aux besoins des médias éditeurs. Instant Articles permet ainsi aux éditeurs d’éditer, de personnaliser leurs contenus. Et pour la question des revenus publicitaires ? Le partenariat prévoit également que les média puissent « vendre eux-mêmes de la publicité dans leurs articles publiés sur « Instant Articles » et conserver l’intégralité des revenus publicitaires générés. » (1) Facebook met ainsi en place un système statistique de décompte des visites afin de reverser 70% des revenus générés aux éditeurs. Ainsi, même si les internautes ne sont plus redirigés sur leurs sites, ce système devrait permettre aux médias de toucher leur part de revenu due.

Dernière réticence, celle des revirements stratégiques du réseau social qui inquiètent les médias. Comment ceux-ci seront inclus et devront faire face si Facebook continue ses repositionnements ? Le réseau social prône la complémentarité et insiste sur le fait qu’il ne prétend pas se substituer aux médias éditeurs. Il serait ainsi un pont entre internaute et information. Bien que cette initiative comporte de nombreux points positifs, la question des intérêts de Facebook reste à l’esprit de certains. Celui-ci se cantonnera t-il véritablement à un rôle d’intermédiaire ? Affaire à suivre.

 
  1. http://www.journaldugeek.com/2015/05/13/instant-articles-facebook-hebergeur-articles-presse/
  2. http://www.presse-citron.net/ca-y-est-facebook-devient-hebergeur-darticles-de-presse/
  3. http://www.geeksandcom.com/2015/05/13/facebook-instant-articles-hebergeur-articles-presse
 




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Août 2017 - 10:00 Est-il légitime de manipuler les individus ?

Lundi 17 Juillet 2017 - 16:44 Un haut fonctionnaire ne devrait pas dire ça


Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!