L'Histoire du présent expliquée par Henry Rousso


Vendredi 12 Avril 2013

La Dernière Catastrophe(1) est le titre évocateur du dernier ouvrage de l'historien français Henry Rousso. Celui-ci aborde, au travers d'un essai descriptif, les enjeux et les défis d'une histoire du temps contemporain. Il en expose ainsi tout l'intérêt, mais aussi toute l'ambiguïté.



L'Histoire du présent expliquée par Henry Rousso
Tout au long du XXe siècle, l'Histoire s'est affirmée comme une science rigoureuse, et se voulant objective. Paradoxalement, la discipline s'est aussi étendue au passé récent, pour donner naissance à une Histoire que l'on pourrait qualifier, d'histoire du temps présente. Ou plutôt qu'un redéploiement, peut-être s'agit-il d'une redécouverte, puisque les débuts antiques de la science historique n'ont jamais porté que sur des évènements se déroulant sous les yeux des premiers historiens grecs.
 
Jusqu'à aujourd'hui pourtant, l'Histoire du présent s'est reconstruit une légitimité. En effet d'après Henry Rousso, le projet scientifique porté par les premiers historiens modernes faisait du statut anachronique de l'historien l'une des conditions à sa neutralité axiologique. Étudier une période dont il ne fait pas partie a ainsi longtemps été considéré par l'historien comme la seule façon d'exercer sa science de façon objective. Cette doctrine scientifique abreuve ainsi la recherche historique en Europe jusqu'à la fin de la première moitié du XXe siècle.
 
Après la Première Guerre mondiale cependant, les sciences historiques commencent à s'intéresser de nouveau au temps présent. Le caractère historique des évènements qui a bouleversé l'Europe ne pouvant plus être nié, quelques scientifiques à l'image de Marc Bloch en France commencent à envisager l'intérêt d'une histoire du passé proche et très proche. À partir de là, l'instant présent n'a cessé de gagner en crédibilité en tant qu'objet d'études historiques.
 
C'est notamment à travers l'étude de l'Allemagne que l'Histoire du temps présent obtient ses galons de discipline scientifique dans la seconde moitié du XXe siècle. La question de la collaboration des intellectuels allemands avec le nazisme devient alors centrale et mobilise la communauté scientifique. Les historiens allemands réfugiés aux États-Unis participent alors notamment à la rédaction d'une historiographie dont l'objet est notamment de faire la lumière sur la question de la culpabilité et de la participation au régime nazi.
 
Si l'institutionnalisation de l'Histoire récente ne s'est pas faite de façon linéaire, elle s'est néanmoins déroulée de façon tendancielle jusqu'à nos jours. Aussi, comme l'explique l'auteur, la masse d'information circulant conduit aujourd'hui à réviser la notion de contemporanéité. Qu'est-ce qui est récent et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Henry Rousso remarque que « la dernière catastrophe » survenue dans le temps sert bien souvent de repère pour écrire un nouveau chapitre de l'Histoire récente. Et si la violence n'est pas le seul critère distinctif des sujets abordés par cette science historique, elle n'en reste pas moins au cœur d'une réflexion troublante à la frontière du journalisme, des sciences de linformation et de l'Histoire.
 



(1) Rousso, H., La Dernière Catastrophe – L'histoire, le présent, le contemporain, Gallimard, Col. Essais, 2012, 336pp..




Dans la même rubrique :
< >

Les livre(s) du mois

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!

L’Eco-Industrie Locale : du concept à la mise en oeuvre opérationnelle

Être humain en système capitaliste ?