Les écofictions : projections de scénarios anthropocentriques ?


Jeudi 24 Janvier 2013

La façon dont les médias populaires s'approprient un concept et les enjeux qui y sont associés peut être considérée comme un révélateur de l'inconscient collectif. C'est le postulat de Christian Chelebourg, professeur de littérature à l'Université de Nancy 2. Celui-ci l'a en effet appliquée à la science-fiction et à l'écologie. Il met ainsi en lumière les mécanismes par lesquels l'Homme intervient dans Les Ecofictions, phénomènes qui donnent le titre de son ouvrage paru en 2012 et dont la définition donne le sous-titre : Mythologies de la fin du monde(1).



Les écofictions : projections de scénarios anthropocentriques ?
Non sans audace, Christian Chelebourg prends le parti de considérer dans Les Ecofictions, la science-fiction comme matière première historique et sociologique. C'est d'ailleurs un thème particulier qui attire ici son attention et fait de son étude une démarche originale, mais non dénuée d'une certaine rigueur. Chistian Chelebourg choisit en effet de concentrer ses efforts sur les productions, majoritairement littéraires et cinématographiques, abordant le thème de la fin du monde.
 
L'auteur part ainsi d'un constat : celui que cette thématique est devenue une source de divertissement majeure au cours des vingt dernières années. Cette tendance, remarque-t-il, s'accompagne également de l'émergence de l'écologie comme projet politique. Une hypothèse s'impose alors à l'esprit de Christian Chelebourg : la peur de la fin inévitable du monde aurait succédé à celle du conflit nucléaire qui a structuré les rapports humains durant la période de guerre froide.
 
Pour tester son hypothèse, Christian Chelebourg la passe donc au crible de l'examen d'une longue liste d'écofictions. « L'écologie moderne est en cela une nouvelle forme de SF qui tend à confondre prévision et prédiction, projection et anticipation, menace et annonce », explique l'auteur, « j'appelle écofictions les produits de ce nouveau régime de médiatisations des thèses environnementalistes ». Annoncée dès les premières pages de l'ouvrage, cette définition permet de prendre connaissance d'une caractéristique fondamentale de l'écofiction. : celle-ci part bien souvent d'une déformation des enjeux et thèses environnementalistes.
 
Christian Chelebourg se veut ainsi très critique à l'égard de ces productions scénaristiques de diverses natures où se côtoient presque naturellement science-fiction et catastrophisme. Leur récurrence constitue en effet une forme d'influence sur l'inconscient collectif. Or elle ne responsabilise que très rarement l'Homme pour les catastrophes dont il subit les conséquences dans ces scénarios divers. En réalité explique Christian Chelebourg, la majorité des productions qu'il étudie ici place l'Homme en situation d'espèce déchue de son statut de toute puissance. Elles invoquent la peur de la confrontation à une espèce supérieure et dominante, mais n'exploitent que très rarement l'appréhension de la responsabilité face à l'éventualité d'une mauvaise décision.
 
Cette typologie est porteuse d'enseignements intéressants. L'auteur montre en effet en quoi les médias du divertissement alimentent fréquemment un paradigme de l'écosystème global résolument inscrit dans l'anthropocentrisme. Loin de s'inscrire dans une forme de réflexion sur la place de l'Homme dans un monde qu'il partage avec d'autres espèces, les productions étudiées par Christian Chelebourg semblent plutôt admettre la supériorité de l'Homme d'une façon qui n'est pas sans rappeler ce que le scientisme a de contradictoire avec l'écologie politique. Faire preuve de sens critique, tel semble ainsi être l'enseignement des Ecofictions. Car celles-ci ne partagent pas toute la même finesse d'anticipation qui a hissé Jules Vernes, Aldous Huxley et Isaac Asimoc au rang de classiques de leur genre.


(1) CHELEBOURG, C., Les Ecofictions- Mythologies de la fin du monde, Les Impressions Nouvelles, Réflexions faites, 2012, 256 pp..s




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Décembre 2016 - 15:06 Bienfaits et écueils de l’accompagnement


Les livre(s) du mois

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!

L’Eco-Industrie Locale : du concept à la mise en oeuvre opérationnelle