Orange et Publicis se lancent dans le capital-risque au profit des startups


La Rédaction
Mercredi 25 Avril 2012

Les start-ups ou jeunes pousses seront les leaders de demain, aussi ont-elles besoin d’être soutenues et accompagnées. Orange et Publicis ont donc jugé nécessaire de faire en sorte que les startups du numérique français puissent bénéficier d’un financement, à l’image des États-Unis qui appliquent déjà cette méthode d’investissement et parviennent à faire émerger des géants.



Orange et Publicis se lancent dans le capital-risque au profit des startups
Le capital-risque, un investissement gagnant

Le capital-risque implique certes un potentiel échec, mais aussi, et surtout l’opportunité d’une réussite retentissante, d’où la nécessité de miser sur des entreprises prometteuses et innovantes. Ce capital-risque a permis aux États-Unis de faire émerger des entreprises leader dans le domaine du web. Orange et Publicis ont alors annoncé en 2011 qu’ils allaient investir 150 millions d’euros dans ce challenge et projettent de financer les startups de l’Europe, de la Silicon Valley, mais aussi de la Chine. L’investissement d’Orange et de Publicis profitera aux entreprises numériques et aux innovations technologiques qui montrent des signes à fort potentiel. Le projet s’étendra sur 10 ans durant lesquels Orange et Publicis espèrent bien trouver un nouveau Mark Zuckerberg. Les investisseurs se poseront comme actionnaires minoritaires dans les entreprises et soutiendront six années de développement pour chaque Start-up, avec la somme de 500 000 euros en moyenne et des millions d’euros pour les plus grandes sociétés. Le fond Orange/Publicis a deux objectifs principaux qui sont, de participer à la vie sociale, mais aussi de faire des bénéfices en étant actionnaire d’un grand nombre d’entreprises du numérique. Cette initiative permettra à la France de s’aligner par rapport aux autres pays leaders dans le domaine du numérique.

Un nouveau départ pour la France

Orange et Publicis pensent pouvoir attirer l’attention et la faveur des autres investisseurs à l’issue de ce projet qui leur permettra de doubler la mise. Cette forme d’investissement constituera un nouveau départ pour l’industrie du numérique et des nouvelles technologies en France, et les jeunes pousses du numérique français pourront un jour rivaliser avec les géants des États-Unis. Cet investissement concernera les réseaux sociaux, l’e-commerce, la mobilité, la publicité, le marketing en ligne ainsi que les applications middleware. Ce projet est donc une manière judicieuse pour rebooster le secteur technologique français et la concurrence en France. Pour le seed capital, le ticket s’élèvera à 500 000 euros, pour l’early stage il sera de 500 000 à 2 millions d’euros et pourra atteindre 20 millions d’euros pour le capital croissance. Orange et Publicis disent accepter le co-investissement et sont prêts à négocier avec les autres investisseurs pour renforcer le capital-risque. Ils misent d’ailleurs sur une réussite totale de ce projet et n’envisagent pas l’échec une seule seconde. Le seul risque qu’ils peuvent encourir serait peut-être de réussir et de vouloir relever d’autres défis à l’avenir. Sous le nom de code « Gazelle », le projet d’Orange et Publicis est donc des plus ambitieux, tant et si bien qu’il comblera les lacunes de tout l’écosystème français en matière d’aide financière et d’accompagnement des startups.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Avril 2012 - 18:14 Les atouts de la banque en ligne pour les PME


Les livre(s) du mois

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!

L’Eco-Industrie Locale : du concept à la mise en oeuvre opérationnelle