Philippe Cahen, révélateur de sens


La Rédaction
Mercredi 25 Avril 2012

La lecture du futur se fait désormais entre les lignes et les artisans de la prospective comme Philippe Cahen se veulent révélateurs de sens.



Philippe Cahen, révélateur de sens
Analyser les signaux faibles

Les signaux faibles engendrent des prospectives si lointaines qu'elles peuvent paraitre irréalistes. Cependant, Philippe Cahen n’a pas hésité à faire de la prospective, son métier. En véritable passionné, c'est un cheminement probable et intéressant que cet artisan des signaux faibles propose d'élaborer pour ceux qui veulent avoir des points de repère sur leur avenir. Que ce soit dans les domaines de la santé, de la distribution ou des assurances, Philippe Cahen s'affaire à déceler les petits faits et évènements, dont le sens a une portée importante sur le futur. À la recherche des signaux faibles pertinents, Philippe Cahen consomme les médias de manière intensive et considère la moindre information comme potentiellement révélatrice. En effet, les informations sociétales, technologiques, environnementales ou encore démographiques peuvent révéler bien des tendances et trajectoires à suivre, le tout étant de savoir interpréter ces informations.

Trier et interpréter l'information

Philippe Cahen se différencie des consultants par son approche brute et sa liberté de ton, tout en jouant son rôle de consultant auprès des entreprises. Les aidant à interpréter leur avenir, Philippe Cahen synthétise l'information, la confronte aux données de l’entreprise et en retire les signaux faibles pourtant pertinents. Ainsi, l'entreprise est libérée du carcan de sa méthodologie et se trouve dans la possibilité de maitriser son avenir. Philippe Cahen travaille donc sur la rupture et propose des prospectives d'avenir. Des prospectives qui se veulent toutefois modestes, car il ne faut pas envisager l'avenir comme un rêve. Appréhender l'avenir sur des bases solides pour être le premier dans un futur plus ou moins proche, voilà ce dont il est question. Le triage de l'information se fait donc minutieusement, l’objectif n’étant pas seulement de débusquer un signal, mais surtout de le mettre en perspective, en balisant le développement de l’entreprise.

L'interprétation des signaux faibles

Une fois les signaux faibles extraits et mis en perspective, il s'agit de les interpréter. Et là, tout n’est qu’une question de culture et de point de vue. Philippe Cahen a, lui, une vision que l'on pourrait qualifier de décoiffante, notamment en matière de e-commerce, qu'il considère comme un commerce de substitution. Il en va de même pour les chiffres d'affaires qui ne sont, pour lui, rien de plus que la conséquence directe du pouvoir d'achat. Autre exemple, Philippe Cahen réfute l’idée que la crise est terminée, car selon lui, l’analyse portant à cette interprétation est macro-économique, donc non viable pour l’avenir. De plus, le mot crise n’est pas celui qui devrait être employé, car nous ne traversons pas une crise, mais une raréfaction des ressources qui bouscule les modèles économiques. L'interprétation des signaux faibles est donc la clé de la prospection et Philippe Cahen ne cesse d'étonner son entourage. 




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Août 2017 - 10:00 Est-il légitime de manipuler les individus ?

Lundi 17 Juillet 2017 - 16:44 Un haut fonctionnaire ne devrait pas dire ça


Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!