SenseMaking
 



Dénoncer les violences policières de quelle place ? Et à quel prix ? Quand la psychologie s’en mêle !


Julien Tardif
Lundi 10 Juin 2019





Dénoncer les violences policières de quelle place ? Et à quel prix ? Quand la psychologie s’en mêle !
 
 

 
 Je commencerai par quelques extraits d'un texte du psychologue Samuel Dock.
 
« La violence semble s’être mécanisée, institutionnalisée, systématisée pour servir un nouveau projet : celui de faire rentrer les âmes indociles dans le rang (...) On m’objectera qu’Emmanuel Macron essaye aujourd’hui de retrouver l’identification perdue, en déjeunant à courtepaille par exemple, et de renouer le dialogue, notamment par le grand débat national. Mais ces nouvelles sorties sur “les Français qui ne font pas d’efforts” ou “les personnes en difficulté qui font bien et celles qui déconnent” -un clivage surnuméraire- confirment à l’heure où la république s’effondre que les anciennes “erreurs” de communication n’en étaient pas et qu’il se trouve dans une impossibilité ontologique de reconnaître son peuple dans son altérité, dans ses souffrances, dans son discours.
Quant au grand débat national, il ne faut pas oublier que la qualité d’une dialectique dépend de son contexte d’énonciation, or, jamais Macron n’a reconnu les violences policières, Castaner les a même invisibilisés : comment se sentir autorisée à parler “librement” quand on se souvient de ce que ce gouvernement a été prêt à faire pour imposer son dogme ? » (1)


Il me semble que ce texte est peu informé des fonctionnements institutionnels de coulisses de l'action publique. Le politique me semble loin d’être si fébrile et la « pensée d’État » (i.e. Pierre Bourdieu) autant en crise. L’analyse de la personnalité des Hommes politiques ici le président E. Macron et son ministre de l’Interieur, si elle est de quelque ressort pour comprendre l’attente du peuple, le politique est bien loin de se résumer à cette fusion passionnelle du mécanisme du suffrage universel, appelé à se vivifier encore davantage dans les revendications non majoritaires d’un RIC en toute matière (Crise des « Gilets jaunes » depuis le mois de novembre 2017).
 
Autre tropisme, cette politique de la psychanalyse sur notre psyché qui renvoie tout à la genèse des relations dans nos liens de socialisation primaire (ie « Un parent maltraitant peut-il attendre de son enfant qu’il se confie à lui ? » Samuel Dock, op.cit. 2019) me semble la jumelle idéologique pour évoquer la belle formule de l’historien américain Christopher Lash (2) d’une pratique discursive utilisée par les politiques professionnels eux-mêmes. J’entends encore le Président de la République E.Macron dire qu’il n’est pas le « Père Noël, car les “français (ie les guyanais lors de son déplacement en Guyane en octobre 2017) ne sont pas des enfants”.
 
Lien vers publication intégrale
https://www.julientardif.com/la-violence-d-etat

​Julien Tardif, sociologue, éditorialiste.
 
Notes.
1. Samuel Dock, “marqués à vie par les violences policières” Le monde moderne, janvier 2019 (en ligne)
https://www.lemondemoderne.media/marques-a-vie-par-les-violences-policieres/
 
2. “Si un étrange effet de l'idée de progrès est d'affaiblir la tendance à formuler des réserves intelligentes au sujet du futur, la nostalgie, sa jumelle idéologique, sape la capacité à faire un usage intelligent du passé”.Christopher Lasch, Le seul et vrai paradis, Climats, 2002.
 
 


 




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Juin 2019 - 06:00 La menace d’un monde sans antibiotiques








Les articles les plus lus

L'entreprise matricielle

27/06/2012 - La Rédaction

Les nouvelles technologies au service du tourisme patrimonial et culturel

14/06/2016 - Cindy Matar - Sous la direction de Benoit Duguay

La vie de Peter Drucker, pape du management

25/04/2012 - La Rédaction


Inscription à la newsletter
Facebook
Twitter
YouTube