SenseMaking
 



L’IA fait son entrée dans la fonction finance


Henri Poisot
Mardi 19 Février 2019



Entre le 25 octobre et le 19 novembre le groupe Mazars (1) a interrogé 136 personnes en France, ayant un poste dans la fonction finance sur le thème de l’avènement des RPA (Robotic Process Automation).
Les Intelligences artificielles spécialisées commencent à sortir des laboratoires et arrivent au sein des entreprises.
Il est à noter que 44 % des directions financières interrogées ont mené un projet RPA en 2018. Elles étaient 26 % en 2017 et 14 % en 2016. Cela prouve comme le dit Sébastien Ledent, associé chez Mazars, qu’« Un cap a été franchi avec les directions financières qui auront recours à la RPA soit par conviction , soit par pression concurrentielle. »



Nouvelles attentes
Cette pression envers l’IA se comprend du fait des attentes qui l’entourent. Elle serait en effet la source de gains de productivité importants. Ceci notamment en termes de temps pour 77 % des sondés, de fiabilité pour 60 %, de simplification des processus pour 56 %.

La fonction de recouvrement essentielle pour la liquidité de l’entreprise peut considérablement bénéficier des RPA. Aujourd’hui, les chaînes de valeurs sont complexes et globalisées ce qui augmente les impayés et les oublis. L’IA va permettre d’augmenter de 50 à 70 % le nombre de relances. Libérant ainsi les salariés pour des tâches à plus grande valeur ajoutée.

L’étude montre que trois quarts des personnes interrogées estiment que l’apparition de l’IA est inéluctable, 35 % la pensent même révolutionnaire. Cette appréciation s’accompagne néanmoins de craintes pour un quart des sondés et même d’anxiété pour 23 % d’entre eux.

Nouvelles craintes
La difficulté de percevoir clairement l’impact futur des RPA au sein des directions financières motive ces appréhensions.
L’IFOP (2) a réalisé une étude pour le collectif « Impact IA » à la fin de 2018 et cette étude apporte un éclairage complémentaire à celle de Mazars.

Elle montre que si 73 % des Français voient l’IA de manière positive, 53 % des salariés pensent qu’elle va fragiliser leur emploi, voir risque de le supprimer.

La difficile maîtrise du concept de l’IA pose une difficulté supplémentaire. Sur la question du développement de ces outils, deux extrêmes se détachent : 17 % des Français sont franchement opposés et 17 % franchement pour.
 
La majorité des personnes interrogées se trouvent donc dans une posture plutôt attentiste, ils jugent cette technologie « indispensable » sans pour autant être pressés de son développement. Conscients de leur manque de connaissances 62 % des personnes interrogées souhaitent être formée pour comprendre les applications pratiques de l’IA.

Ces résultats coïncident avec les données que Mazars a pu collecter, la moitié des directeurs financiers ont dû répondre aux inquiétudes des équipes lors des projets RPA. 25 % considèrent ainsi que les projets n’ont pas abouti du fait d’un blocage humain plutôt que technique.

Nouveau management
Ayant compris cet enjeu de management, 72 % des services financiers sondés ont mis en place une politique de sensibilisation de leurs équipes aux changements à venir.

Cependant, le rapport note, que si le Directeur des Services Informatiques a été impliqué dans 91 % des projets d’automation, le DRH lui, ne l’a été que dans 28 % des cas.

L’étude montre finalement que 81 % des collaborateurs éprouvent de la satisfaction à la suite d’une expérience de travail avec une IA. Elle supprime des tâches répétitives pour 19 % des personnes interrogées, apporte un gain de temps pour 16 % d’entre elles et une augmentation du rendement pour 14 %.

Sébastien Ledent explique que « Rares sont les technologies à transporter avec elles un imaginaire aussi fort que la robotisation et l’intelligence artificielle »

Une implémentation qui devra cependant néanmoins se faire en association avec les équipes soumises au changement et avec les RH, au risque sinon de rencontrer une forte opposition.
 
 
 
 
 
 
 
(1) Mazars est une organisation internationale, intégrée et indépendante, spécialisée dans l’audit, le conseil et les services comptables, fiscaux et juridiques, elle est présente dans 89 pays et comprends 23000 collaborateurs www.mazars.com




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Janvier 2019 - 18:04 AI index 2018








Les articles les plus lus

L'entreprise matricielle

27/06/2012 - La Rédaction

Les nouvelles technologies au service du tourisme patrimonial et culturel

14/06/2016 - Cindy Matar - Sous la direction de Benoit Duguay

La vie de Peter Drucker, pape du management

25/04/2012 - La Rédaction


Inscription à la newsletter
Facebook
Twitter
YouTube