SenseMaking
 



Guerre en Ukraine, Industrie de la défense, Souveraineté française - Entretien avec Sébastien Lecornu


La Rédaction
Vendredi 29 Septembre 2023



En déplacement à Kiev, le ministre des Armées revient également sur la situation dans le Haut-Karabakh et la présence de la France au Niger. Il répond aux questions de franceinfo en exclusivité.



Une vingtaine d’industriels de l’armement français ont participé jeudi 28 septembre au premier forum de l’armement jamais organisé par l’Ukraine depuis le début de la guerre déclenchée par la Russie, en février 2022. A la demande d’Emmanuel Macron, le ministre des Armées les a accompagnés jusqu’à Kiev.
 

Sébastien Lecornu assume que céder du matériel à l’Ukraine a des limites, et que la France doit se positionner sur le marché ukrainien. Plus question de piocher dans les stocks de l’armée française, il souhaite encourager les Ukrainiens à passer commande  et à acheter des armes aux entreprises françaises. Il l'explique dans une interview exclusive avec l’envoyé spécial de Franceinfo, Paul Barcelonne.
 

Dans cet entretien, Sébastien Lecornu assure aussi que "l'intégrité, la souveraineté, la protection de la population arménienne" sont pour la France "un objectif absolu". Il revient également sur le départ des troupes françaises stationnées au Niger : "Nous n'avons plus rien à faire au Niger, c'est pour cela que nous nous en allons".

 

Franceinfo : Vous achevez à Kiev une visite à la rencontre notamment de votre nouvel homologue, Roustem Oumerov, et de Volodymyr Zelensky. C'est à la demande du président ukrainien que vous arrivez avec une telle délégation ?
 

Sébastien Lecornu : C'est un deuxième déplacement ici, effectivement, pour rencontrer le nouveau ministre de la Défense, mais surtout pour inscrire notre soutien à l'Ukraine dans la durée. On voit bien que le conflit s'installe et il va nous falloir faire preuve d'endurance. Et cette endurance, elle passe aussi par les industries de défense françaises pour fournir des équipements à l'Ukraine. Et c'est pour ça que des parlementaires m'accompagnent – les députés, les sénateurs prennent des décisions importantes sur le soutien à l'Ukraine –, mais aussi une vingtaine d'industriels français représentant les secteurs du cyber, de l'intelligence artificielle, des drones, des robots, mais aussi, bien sûr, des équipements terrestres ou des munitions. C'est une rencontre inédite entre l'armée ukrainienne, les différentes entreprises ukrainiennes, qui peuvent sous-traiter ou être sous-traitantes de nos industriels français.

LIRE LA SUITE











Les articles les plus lus


Inscription à la newsletter
Facebook
Twitter
YouTube