L’intelligence artificielle dans tous ses états


Julie Rousseau
Mardi 9 Octobre 2018

Deep learning, machine learning, analyse prédictive… L’intelligence artificielle (IA) fait beaucoup fantasmer. Mais, malgré beaucoup d’extrapolations erronées, elle est bien présente, et pour longtemps.



Du jeu de go à la reconnaissance d’images, de la traduction automatique au diagnostic médical, les prouesses de l’intelligence artificielle s’enchaînent à un rythme soutenu.
Elles sont en grande partie liées aux progrès du deep learning, qui donne aux machines la capacité d’apprendre à partir d’une grande quantité de données (1). 


L’IA mange-tout

La technologie du machine learning permet d’extraire de la valeur en provenance des big data, sans avoir besoin de faire intervenir l’humain. MetLife, l’un des principaux assureurs d’entreprise à l’échelle mondiale, utilise cette technique (2).
Google a créé un système prédictif, basé sur le machine learning, qui prédit avec une grande précision le risque de décès d’un patient hospitalisé. La firme de Moutain View envisage de vendre cette technologie aux cliniques et aux hôpitaux (3). Grâce à la collecte et l’analyse de données massives, les techniques de prévention, de traitement, de diagnostic et de suivi des patients évoluent à vive allure. La télémédecine devient une réalité (4).
Google contrôle aujourd’hui le système de refroidissement des serveurs dans ses data centers au moyen d’un système d’intelligence artificielle. Un choix audacieux, qui a permis à la firme de réaliser d’importantes économies d’énergie (5).

L’intelligence artificielle des géants de la Silicon Valley et des BATX chinois bouleverse le travail. Pour certains experts, aucune compétence ne résisterait aux machines intelligentes, y compris le consulting…
On pourrait même imaginer, à terme, qu’au nom du principe d’efficacité le décideur politique soit remplacé par une intelligence artificielle qui gérerait les affaires économiques. « Face à une telle efficacité économique, les dirigeants politiques humains ne seraient plus les mieux placés pour s’occuper de la chose publique », spécule Erwann Tison, directeur des études à l’Institut Sapiens (6). 


Puissance à venir de l’IA

Mais, dans les faits, l’IA est encore loin d’atteindre la puissance imaginée. Pour le futurologue Laurent Alexandre (7), elle est « très idiote » et, selon François Jouen (8), elle est semblable à un nouveau-né dépourvu d’un processus d’apprentissage efficace.
Selon la loi dite d’Amara (9), du nom du fondateur de l’Institute for the future, nous avons tendance à surestimer l’incidence d’une nouvelle technologie à court terme et à la sous-estimer à long terme. L’enjeu est donc de se rendre compte de l’importance que prendra inéluctablement l’IA dans les années futures.
Serge Tisseron, psychiatre et psychanaliste, auteur du «  
Petit traité de cyberpsychologie » et de « Le jour où mon robot m’aimera, vers l’empathie artificielle », s’intéresse depuis plusieurs années aux relations que nous entretenons avec les machines. Pour lui, les systèmes informatiques, bien que simples voire simplistes, ont toutefois une grande « puissance suggestive ». De telle sorte que la priorité essentielle serait d’anticiper les conséquences psychologiques de nos interactions avec les robots (10).


(1) https://www.lesechos.fr/intelligence-artificielle/veille-technologique/0302116495688-les-boites-noires-du-deep-learning-2200143.php
(2) https://www.lebigdata.fr/machine-learning-et-big-data
(3) https://www.lebigdata.fr/google-ia-predire-mort
(4) https://www.lebigdata.fr/big-data-soins-de-sante
(5) https://www.lebigdata.fr/google-ia-refroidissement-data-centers
(6) https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0302239424836-intelligence-artificielle-et-si-on-confiait-les-cles-de-economie-a-une-machine-2204440.php
(7) https://www.nouvelobs.com/sciences/20170210.OBS5170/10-choses-a-savoir-sur-laurent-alexandre-gourou-de-l-intelligence-artificielle.html
(8) https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/cognition-et-technologie
(9) https://www.courrierinternational.com/article/pourquoi-lintelligence-artificielle-nous-fait-autant-fantasmer
(10) https://www.lesechos.fr/intelligence-artificielle/cercle-ia/0302036551291-serge-tisseron-le-sentiment-detre-compris-par-la-machine-va-etre-considerable-2201074.php




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Septembre 2018 - 10:25 Quand la pub s'adonne au sexe

Vendredi 14 Septembre 2018 - 10:00 Les arts de la table, une spécificité française


Les livre(s) du mois

Yves Bonnet et La Deuxième guerre d'Algérie

La deuxième guerre d’Algérie : un cas pratique de guerre d’influence.

Pour Franck Martin, "manager humain, c'est rentable"!

Pierre Fayard dévoile ses "Douze stratégies pour séduire"

Gérard Taponat : " Le bon climat social et la régulation des rapports sociaux sont une question de choix politique d’entreprise avant d’être celle d’une institution du politique"

Yves Laisné, docteur en droit présente son nouveau « Guide de la dissolution-confusion»

Palestine: les conversations de Noam Chomsky et d'Ilan Pappé rapportées par Frank Barat

De Boeck Supérieur : l'économie, c'est pop!