SenseMaking
 



Les 5 erreurs qui empêchent d’être performant


Guillaume Petitjean
Vendredi 14 Octobre 2022



Il faut assumer ses valeurs pour en faire une véritable force commerciale et rayonner sur l’ensemble de la société. Auteur de « Créons un monde de confiance » (VA Éditions) Guillaume Petitjean nous incite à prendre conscience que nos relations commerciales d’aujourd’hui influencent le monde demain. Après avoir accompagné plus de quatre cents structures en vingt ans, il crée le projet SUXECO.



1- La première erreur est de croire que le business c’est le business

Pour commander
Pour commander
Pourquoi est-ce une erreur ?
Penser que l’on peut mener une double vie avec d’un côté ses valeurs personnelles et de l’autre des pratiques professionnelles dissonantes ne met pas en place pas les meilleures conditions pour réussir.
 
Conséquences
Avec le temps, deux possibilités se présentent selon notre tempérament :
  • Soit nous tenons dans le temps, mais au prix d’une énergie gaspillée qui aurait pu être mobilisée plus utilement, donc efficacement.
  • Soit nous finissons par abandonner, avec un sentiment d’échec et une probable perte de confiance en nous.
 
Evolution à moyen/long terme
Dans le temps, nous risquons de développer les symptômes suivants :
  • Une certaine irritabilité
  • De l’anxiété
  • De la fatigue
  • Une diminution de l’envie
  • Des problèmes de sommeil
  • De la difficulté à récupérer
  • Une lassitude dans le travail
 
Lesquels entraîneront certaines conséquences sur notre vie privée.
 
Que faire ?
Rechercher l’alignement entre nos valeurs personnelles et notre pratique professionnelle, notamment en s’appuyant sur notre authenticité.


 

2- La seconde erreur est de croire que la performance est inhérente à notre entreprise

Pourquoi est-ce une erreur ?
Parce que notre entreprise est dépendante de son environnement… et c’est donc également son écosystème qui la rend performante !
 
Conséquences
Le risque est de développer des relations avec nos différents partenaires qui ne soient basées que sur l’argent, donc avec un niveau d’implication relatif.
 
Evolution à moyen/long terme
  • Des partenaires (notamment fournisseurs) qui ne se projettent pas, ne s’impliquent pas et n’investissent pas pour nous.
  • Peu d’engagement de nos partenaires et un niveau de prestations limité.
 
Que faire ?
Donner du sens à ce que nous faisons pour le partager avec notre écosystème.


 

3- La troisième erreur est de penser que l’argent est la meilleure source de motivation

Pourquoi est-ce une erreur ?
Parce que ce sont les mercenaires qui travaillent pour l’argent et ce n’est pas la meilleure façon d’être performant, d’autant que ces profils peuvent également nous quitter pour de l’argent. Nous n’attirons donc pas les meilleurs collaborateurs uniquement par l’argent.
 
Conséquences
Le risque lié aux personnes qui travaillent uniquement pour l’argent réside :
  • Dans leur loyauté.
  • Dans le fait qu’ils seront toujours moins performants que ceux qui sont motivés par le plaisir de ce qu’ils font.
 
Evolution à moyen/long terme
Avec cette approche, le danger est de subir :
  • Un fort turnover
  • Des tensions financières
  • Une baisse de performance
  • Peu ou pas d’esprit d’équipe
  • Des difficultés à mener des projets qui ont du sens
  • Des difficultés à attirer et fidéliser les meilleurs profils
 
Que faire ?
Définir un cadre de valeurs fortes, appuyé par des pratiques cohérentes et structurées pour être efficaces.


 

4- La quatrième erreur est de croire que le client est roi

Pourquoi est-ce une erreur ?
En réalité, ce n’est pas le client qui détient l’expertise qu’il attend de nous, donc c’est dans son intérêt de nous respecter (comme nous le respectons d’ailleurs), de nous écouter et dans ce sens, nous avons le devoir d’être exigeants avec lui.
 
Conséquences
Cet état d’esprit ne permet pas de développer des relations performantes. En effet, pour signer avec le client, nous avons parfois tendance à baisser notre niveau d’exigence, lié à notre baisse de prestations ou alors à ne pas facturer à la hauteur de celles-ci. Néanmoins, ce n’est, d’une part, pas dans l’intérêt du client et d’autre part, nous perdons en efficience, car nous perdons le contrôle de la relation.
 
Evolution à moyen/long terme
Un tel rapport tend à générer une perte du plaisir de collaborer, une diminution/disparition de la confiance, des relations dégradées, qui peuvent conduire à une baisse de la qualité de prestation et un risque de rupture.
 
Que faire ?
Développer une relation basée sur le respect, l’honnêteté et la loyauté.


 

5- La cinquième erreur est de penser que le plaisir est une option dans le travail

Pourquoi est-ce une erreur ?
Si la contrainte permet d’obtenir le minimum, elle ne contribue jamais à accéder au meilleur. Seul le plaisir nous permet d’atteindre l’excellence !
 
Conséquences
Le manque de plaisir à une influence négative sur la motivation, donc sur l’efficacité et la performance. Aussi, lorsque le plaisir est absent, le risque de voir le stress se développer est fort.
 
Evolution à moyen/long terme
Lorsque le plaisir est absent, nous faisons face à :
  • Un risque de départ
  • Une diminution de la motivation
  • Une baisse de performance
  • Une dégradation des relations clients
  • Des difficultés à manager
  • Des relations dégradées
 
Que faire ?
Travailler sur le sens, l’exigence et la reconnaissance.


 

Aussi, pour créer un monde de confiance qui nous permettra de gagner en performance, rejoignons SUXECO.
 
L’ambition de SUXECO est de fédérer les professionnels qui partagent une vision et des valeurs communes, pour développer des collaborations performantes, en phase avec les enjeux futurs.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 31 Août 2022 - 12:20 Conscience collective et storytelling

Mercredi 24 Août 2022 - 11:57 Refus d'obtempérer, choix de mort








Les articles les plus lus


Inscription à la newsletter
Facebook
Twitter
YouTube