SenseMaking
 



Pensez chauve-souris !


Lucien Tergal
Mardi 22 Janvier 2019



Savez-vous que la chauve-souris est un insectivore capable d’ingurgiter une grande quantité de moustiques et autres insectes nuisibles ? La chauve-souris fait en effet partie des espèces animales qui jouent ont un rôle important dans le fonctionnement des écosystèmes urbains. Un défi de biodiversité que relèvent déjà quelques municipalités.



Pensez chauve-souris !
Un maillon important de la biodiversité

Malgré des idées reçues et un imaginaire fantastique très développé, la chauve-souris est un maillon important de la biodiversité dans nos villes. Notamment la Pipistrelle commune, une petite espèce de chauves-souris européenne, très dépendante de l’habitat humain, le plus souvent dans les petites anfractuosités des bâtiments, inaccessibles aux prédateurs de proximité. Avec sa taille de quelques centimètres, la Pipistrelle est loin de sa cousine géante d’Asie qui atteint un mètre d’envergure ou de l’impressionnant renard volant des Philippines, malheureusement en voie d’extinction.
Pourtant, un certain nombre de pratiques ont eu raison d’une bonne partie de la population des chauves-souris en milieu urbain : traitements nocifs pour les charpentes, destruction des alignements d’arbres, suppression des haies, pollution lumineuse, etc. Plus généralement, les opérations de renouvellement urbain, lorsqu’elles ignorent la question de la biodiversité, causent le déclin de cette espèce.

Démoustiquer les villes grâce aux chiroptères

Leur réintroduction permettrait de lutter contre de multiples fléaux urbains, à l’image du moustique tigre, si virulent l’été. Les chauves-souris peuvent en effet dévorer jusqu’à trois mille moustiques par nuit tout en se déplaçant dans un rayon de deux kilomètres autour de leur abri. Plusieurs municipalités se sont lancées dans ce pari.

À Toulouse, trente-cinq nichoirs ont été installés (1).
Au sein de la Métropole Toulousaine, la mairie de Blagnac fait également confiance aux mammifères en installant une trentaine d’abris spécialement conçus pour les accueillir (2).
Sur le Campus de Rennes, un projet étudiant, nommé Chiroazhon, vise à mettre en place des protocoles d’étude et de sauvegarde des chiroptères qui peuplent la ville (3).

Un projet chauve-souris

Enfin, à Grenoble, un projet Chauve-souris s’est vu allouer un budget de quarante mille euros pour réaliser plusieurs centaines de gîtes (4). Le projet grenoblois porte également sur deux autres espèces urbaines en danger : les hirondelles et les mésanges qui ont aussi un rôle de régulateur sur des nuisibles tels que la pyrale du buis ou la chenille processionnaire.
Pourquoi ne pas améliorer étendre ces initiatives, voire les généraliser, afin que les constructions nouvelles puissent accueillir cette biodiversité ?  


(1) https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-installent-nichoirs-chauve-souris-lutter-contre-moustique-tigre_16822975.html
(2) https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/la-mairie-de-blagnac-parie-sur-les-chauves-souris-pour-lutter-contre-le-moustique-tigre-1524582019
(3) https://www.univ-rennes1.fr/actualites/30112017/chiroazhon-un-projet-pour-preserver-les-chauves-souris-au-coeur-de-la-metropole




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 1 Février 2019 - 08:00 Quel avenir pour l'énergie solaire ?








Les articles les plus lus

L'entreprise matricielle

27/06/2012 - La Rédaction

Les nouvelles technologies au service du tourisme patrimonial et culturel

14/06/2016 - Cindy Matar - Sous la direction de Benoit Duguay

La vie de Peter Drucker, pape du management

25/04/2012 - La Rédaction


Inscription à la newsletter
Facebook
Twitter
YouTube