SenseMaking
 



Poutine, l'icône vivante des Tsars


Irnerio Seminatore
Mercredi 27 Avril 2022



Poutine veut-il devenir le César Russe ? En exportant ses armes, la France va-t-elle aggraver la guerre ? Cette guerre va-t-elle devenir la « Syrie » du continent européen ? Irnerio Seminatore, Président-Fondateur de l’Institut Européen des Relations Internationales de Bruxelles, nous éclaire…



Le portrait de l'âme Russe

Poutine, l'icône vivante des Tsars
L'exigence impérieuse de la campagne de propagande occidentale a fait de Poutine l'icône vivante des Tsars, dont les décisions étaient incontestables. On lui attribue des obscures pensées, sanctionnées par des crimes, qui ont pour modèle les pratiques de pouvoir, asiatiques, mongoles et tatares et pour ascendant moderne, Staline, quintessence de la tyrannie, associé cependant aux références modernisatrices de Pierre le Grand. L'exigence de la légitimité politique obéit chez Poutine aux figures charismatiques du démagogue populiste, dont les affinités les plus proches seraient celles des grands despotes du XXème siècle. Elles l'éloignent de toute identité de perspective avec l'Occident et font de lui un criminel et un voyou de la politique mondiale, un parvenu, dont le complexe d'infériorité et de vulnérabilité est caché sous le vernis de la foi et le traditionalisme des convictions.
 
On lui envie, en Occident, les affirmations incontestables d'autorité, tout en les justifiant comme une nécessité intrinsèque de l'immense Russie et comme le besoin d'assurer la cohésion politique et fonctionnelle d'un pays où l'étendue du pouvoir et l'exigence d'exécution des décisions s'étendent sur 17 millions de kilomètres carrés, tout au long de l'hémisphère Nord, au-delà de l'empire biblique de Gog et Magog. Face aux variables des opinions de l'Ouest et aux perfidies insidieuses des pouvoirs concurrents, il exerce la souveraineté qui vient de "l'âme russe", constituant une moelle précieuse entre la fraternité idéalisée de la communauté slave et le projet d'un ordre mondial universel, la "Novorossia". Cet autocrate extrême de la Russie, accusé de duplicité diabolique, est l'étendard vivant d'un Empire, situé en Europe et qui n'y s'y est jamais entièrement intégré. Dans l'actuelle transition vers l'Eurasie il consacre toute sa gloire à hâter un règne et un équilibre des forces pour que les intérêts nationaux de ce pays gigantesque s'opposent aux attirances d'un système hostile, matérialiste et corrompu, le capitalisme rapace de l'Occident.

La "Sainte Alliance" de demain et la "Théorie des Grands Hommes"

La "Sainte Alliance" de demain sera avec les Princes et les Khanats d'Eurasie, ou ne sera pas !  Ils sont d'ailleurs les seuls à professer la nouvelle foi du néo-conservatisme et du pouvoir traditionnel, au nom du réalisme et de la force, érigés en principes universels de salut. C'est à cette seule condition, que le dédain de l'Occident se commuera en admiration et en soumission. Il semblerait que ses lectures portent irrésistiblement Poutine à valoriser le rôle des grands hommes dans l'histoire. Or, le père de la "Théorie des Grands Hommes", l'écrivain et historien écossais Thomas Carlyle dira : "L'histoire du monde ce n'est rien d'autre que la biographie des grands hommes !" Or le rapport entre l'individu et l'histoire semble obéir, selon certains, à la conception "dei corsi e dei ricorsi" de Gianbattista Vico, de telle sorte que, dans la mythologie collective, les périodes des révolutions et des guerres laissent de la place aux héros de Plutarque, de Hegel ou de Carlyle. Dans les après - guerres changerait l'esprit du temps, avec la révélation de la puissance des masses et la fascination "pour une obscure force des choses".
Avec la fin des années 90 s'annonce une révision radicale du rôle de l'individu dans l'histoire. Tout se passe comme si l'expérience traumatisante de la chute de l'Union Soviétique, particulièrement marquante, restait liée à des enjeux de politique intérieure. Le changement de régime et le chaos de la Pérestroïka emphatisent la notion de démocratie, qui est aussi la plus propice à l'apparition des hommes providentiels. "Toute démocratie veut un maître" proclama en France, au XIXème, Victor Cousin. Elites, grands hommes, héros volontaristes, il faut convenir que certains humains comptent plus que d'autres du point de vue de l'histoire. Depuis la Révolution française, qui avait connu l'incorruptible Robespierre et l'irrésistible Napoléon, les oppositions les plus farouches vis à vis des hommes charismatiques viennent des démocraties et des républiques démocratiques, car celles-ci lui préfèrent le salut de l'humanité, combattant pour la liberté et l'égale dignité des hommes. Or Poutine, épris par l'idée et par le sentiment d'une Russie restaurée dans sa sécurité, sa gloire  et sa grandeur a demandé en vain, depuis 2007, à la Conférence de Munich de préserver l'ordre européen de sécurité, initialement conçu pour endiguer l'Union Soviétique, Aujourd'hui, la presque totalité des médias mainstream expliquent le but de guerre en Ukraine, par la psychologie du maître du Kremlin  et par les inévitables pièges que la nature tend à la fermeté de la volonté et à la droiture de  l'esprit. Ils nous expliquent que le délire du pouvoir retranche les décideurs dans leur isolement et que la paranoïa est dans la nature du personnage, rajoutant que la perte du sens des réalités et le dépérissement d'attrait du modèle civilisationnel de l'Occident pourraient conduire Poutine à faire de la Russie une immense Corée du Nord. Eliminer Poutine deviendrait alors un acte de responsabilité universelle, individuel et collectif, une réédition moderne du tyrannicide antique, de loin préférable à la vitrification totale du pays. C'est une hypothèse prise en considération en Occident (J.Asselborn, Lyndsay Graham, Ch.Goma),face au durcissement du conflit et des positions. Extrêmement improbable, car elle ne pourrait venir que de l'intérieur. A une réflexion de fond, la légitimité de Poutine est très solide. C'est la stabilité de la Russie qui importe et pas le chaos et cette considération est la seule rassurante.

Poutine, la violence et l'Occident

L'ambition de Poutine serait d'associer les ressources et l'espace de l'Eurasie, ainsi que la force morale du peuple russe et sa foi orthodoxe et fataliste aux capacités technologiques et scientifiques de l'Occident. Il pourrait alors faire de Moscou la véritable "troisième Rome", héritière de la puissance et de la splendeur de Byzance, en se posant en nouveau César, réformateur et restaurateur de la Rome d'Orient, organisateur de paix et des nouveaux équilibres de pouvoirs. A ses côtés le Patriarche Kirill ferait figure d'organisateur d'obédiences, de vérité et de conciles, sous le credo de la "vraie foi". Ça serait le retour historique du césaro-papisme comme doctrine de l'Etat russe ! Or, si la Conférence de Yalta avait fait de l'Urss, l'État le plus puissant du continent et avait vu le drapeau rouge flotter sur la porte de Brandebourg, Staline, qui était le représentant de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques à la Conférence de Yalta sur le partage de l'Allemagne et de l'Europe libérées, était le Chef d'Etat le plus insensé des "Trois Grands". En effet il était le porteur non seulement d'une cause universelle, le communisme, mais aussi d'un projet d'ordre mondial, au centralisme totalisant et tyrannique. Au pouvoir depuis vingt ans, Poutine aurait ouvertement placé la Russie au centre de la politique mondiale et donc du système international. Ses objectifs seraient fondés sur la stratégie du perturbateur et ses règles de conduite sur l'imprévisibilité. Tel serait le plan d'action historique, impénétrable et dangereux du Chef du Kremlin. Le Maître de toutes les Russies utiliserait sans complexes des méthodes de déstabilisation hors normes, dans tous les réseaux de l'ombre, épars dans l'espace post-soviétique, d'Europe, d'Amérique, d'Afrique et d'Asie. Face à une offensive perçue comme globale, Poutine aurait en face de lui des Occidentaux désemparés, divisés par leurs intérêts, mais unis par la peur commune. Dans le cas du conflit actuel en Ukraine, la vérité approche et elle assume la forme d'un dilemme, lourd de conséquences pour les deux camps, qui se résume à la question : « Faut-il accorder oui ou non des armes lourdes à l'Ukraine, sans augmenter les enjeux du conflit et en limitant l'escalade ? On ne passerait pas d'une stratégie de résistance, purement défensive, de l'Ukraine à la Russie, à une extension du conflit à d'autres pays de l'Ouest ? » En effet, dans les dérapages et le brouillard de la guerre, le passage du conventionnel au nucléaire tactique, ouvrirait sur un affrontement général Est-Ouest, Russie/Etats-Unis en tête, qui mettrait en question la paix mondiale et qui ferait des ukrainiens les avant-postes involontaires d'un conflit mondial, déjà débuté. Il s'agit là d'un défi sans précédent, qui dépend du rapport de Poutine à la violence, à ses capacités de risque et à sa vision du monde.

L'anniversaire du 9 mai 1945

Le 9 mai 2022, date anniversaire de la victoire historique contre l'Allemagne nazi, défaite et conquise en 1945, le Tsar Vladimir, sera-t-il en mesure de faire admettre au peuple russe et aux peuples européens que leur salut commun reposera sur un nouveau projet, eurasien et multipolaire de la Russie, victorieuse sur l'Ukraine asservie à l'Occident décadent et à l'Amérique déclinante ?
La conception poutinienne de l'ordre mondial est opposée à celle de J.Biden et aux "Quatorze Points" de Wilson, qui avait défié l'ordre européen de Westphalie, désormais planétaire. Les futurs négociateurs d'une paix de compromis entre la Russie et l'Ukraine auront pour tâche d'adapter la neutralité convenue avec une ancienne province impériale dévastée, à la transformation du système international, intégrant la Novorossia eurasienne dans l'ordre européen de demain. La condition de sa durée sera fondée sur une mise en accord durable du vieux principe d'équilibre entre légitimité et puissance, démocratie et autocratie, assoupli de sa rigidité et débarrassée des cynismes et des hégémonismes occidentaux, parés des couleurs de la victoire et de la vertu.
 

Irnerio Seminatore est l'auteur de "La multipolarité au XXIe siècle" (VA Éditions)




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 3 Mai 2022 - 10:35 En chemin vers une démocratie ?








Les articles les plus lus


Inscription à la newsletter
Facebook
Twitter
YouTube